Luxury bespoke humidors
Pierre MARCHAL 
Fondateur de la maison Tercecret, amateur de cigares.

Ma découverte du cigare commence très jeune, mais sans aucun intérêt pour cela. En effet mes premiers souvenirs sont liés à mon père, fumeur de pipe aux notes olfactives extraordinaires et de cigares bien moins agréables en vérité. Il était de rigueur que mon père allume un module le soir après son quotidien. En hiver les fenêtres de la cuisine sont ouvertes et la porte fermée. Durant la période estivale, ceux sont de longues soirées à écouter ses lectures à l'égard de ma soeur ou moi même.  Il demeurait sur une chaise en métal, de grands livres entre ses mains, et la pipe qui fumait par intermitence comme pour rythmer la vie...
 
Mais remontons encore un peu le temps. Mon arrière grand-père Alphonse M., en collaboration avec son frère André M., menuisier sculpteur fabriquaient déjà de simples coffrets de couture ornementés à leurs heures perdues et n’ont pas manqué de laisser leur empreinte. Puis ce sera autour de René M. le grand père de concevoir également, sans être du métier, du mobilier et des petites caves à cigare modestes. Celles ci étaient fabriquaient en chêne, en résineux etc...y était entreposé aussi quelques cigarettes populaires ou un sock roulé à la main.
 
Cette histoire sans doute, souvent contée,me marque fortement. Je suis attaché aux valeurs du patrimoine vivant. L'univers de l'ébénisterie me captive peu à peu. A travers l'esprit littéraire et la curiosité que m'insufflent mes parents, je n'aurai de cesse de me découvrir. 
Les coffrets me captivent et les systèmes d'ouverture à secrets me fascinent… Après un voyage initiatique de quelques années à travers différents ateliers, ma formation d'ébéniste m'aura permis de participer à de nombreux projets au sein d'entreprises renommées et ainsi parfaire ma culture du métier pour finalement revenir vers ce qui intrinsèquement me passionne. 
 
"Depuis tout petit déjà, je cherchais de petits endroits pour dissimuler des objets, des cachettes qui existent toujours en tant que telles. En grandissant, ces cachettes devenaient ingénieuses et je commençais à fabriquer des emballages pour protéger le contenu. Je détournais alors des horloges ou des cadres pour y ajouter un double fond et cacher ainsi mes trésors. Pendant mes études d’ébénisterie je continuais à développer ma recherche dans le monde des coffrets que je commençais à fabriquer de toute pièce. " 
 
Natif de la Lorraine, j'ai réalisé mes études à proximité de Metz. Après avoir terminé mes deux dernières années de collège au sein d'une classe Européenne, je prends la direction des Vosges, attiré par la noblesse de l'ébénisterie. j'intègre le Lycée du Haut de Bellieu à Neufchâteau. Ma seconde et ma première professionnelle m'apportent les bases de ce métier. 
 
Soucieux de parfaire ma connaissance pour grandir grâce et avec le métier j'entreprends un Tour de France avec le Compagnonnage du Devoir. Durant plus de sept ans, je parcours la France et l'étranger. Je peux citer entre autre mon passage à la Fondation de Coubertin en tant que Boursier, la Finlande, la Bulgarie etc... Mon Tour de France, riche de rencontres humaines, me permet d'accéder à un niveau de Maîtrise en ébénisterie, grâce à des formations pointues et spécifiques, la curiosité et surtout le réseau d'ateliers réputés. Je cloture alors ce long parcours de patience par la rédaction d'une centaines de pages pour une édition de belle reliure tout en terminant mon rôle de formateur auprès de deux groupes d'apprentis. 
 
Le sujet encyclopédique traite de l'évolution du mobilier par rapport à l'environnement social. Seront abordés la vie politique, l'évolution des moeurs, des besoins, les techniques ; Mais il ne s'arrête pas là, il propose grâce ses collaborateurs de projet, un regard sur ce que deviendra peut être le mobilier de demain. Après avoir offert mes compétences techniques pour des grandes maisons, et d'autres architectes et designers, je souhaite revenir à une passion de mon enfance, le coffret. 
 
S'appuyant sur une recherche portant sur le coffret, réalisée en 2005 à la fondation de Coubertin, je souhaite apporter toute cette culture de métier sur ces objets magnifiques. Réalisant quelques coffrets en parrallèle de mon cheminement, je souhaite légitimer cela en mettant en avant le métier de coffretier. La marque TERCECRET voit le jour en 2013. 
 
Je fonde ainsi une maison de coffretier au sens noble du terme, qui fait écho aux savoirs faires traditionnels tout en souhaitant porter ma marque sur des lignes contemporaines avec comme particularité, l'intégration de mécanismes secrets, pour le rendre ludique et magique.
MARCHAL Pierre / Arlequin sa caisse à outils
Chateau de la fondation de Coubertin
Héritage famillial de son arrière grand père